Des fleurs pour Algernon - Daniel Keyes


Algernon est une souris de laboratoire dont le traitement du Pr Nemur et du Dr Strauss vient de décupler l'intelligence. Enhardis par cette réussite, les deux savants tentent alors, avec l'assistance de la psychologue Alice Kinnian, d'appliquer leur découverte à Charlie Gordon, un simple d'esprit employé dans une boulangerie. C'est bientôt l'extraordinaire éveil de l'intelligence pour le jeune homme. Il découvre un monde dont il avait toujours été exclu, et l'amour qui naît entre Alice et lui achève de le métamorphoser. Mais un jour les facultés supérieures d'Algernon déclinent. Commence alors pour Charlie le drame atroce d'une homme qui, en pleine conscience, se sent retourner à l'état de bête.

Editions : J'ai lu, 2008
Langue : français     Pages : 252


Je n'ai jamais vraiment lu de science-fiction. Pas parce que je n'aime pas ce genre mais plutôt parce que je ne sais pas trop vers quels livres me tourner. Des fleurs pour Algernon m'a paru une bonne manière de commencer, tout simplement parce qu'il s'agit de science-fiction très légère ; les éléments futuristes du roman se résument à l'opération que reçoit Charlie Gordon, un simple d'esprit, pour devenir intelligent. Je vous parle aujourd'hui de cette histoire qui est un coup de ♥.

Daniel Keyes utilise un procédé d'écriture somme toute assez banal, le journal intime. Le fait que ce soit un simple d'esprit qui le tienne, en revanche, est beaucoup plus original. Lorsqu'il commence à rédiger des comptes-rendus pour le Pr Nemur et le Dr Strauss et leur expérience scientifique, Charlie a un QI très bas et sait à peine lire et écrire. Ses billets sont remplis de fautes d'orthographe et la syntaxe est plus qu'approximative. Charlie écrit de manière phonétique et sans aucune logique dans la ponctuation. J'ai souvent dû m'y reprendre à deux fois pour les lire et j'ai même parfois éprouvé le besoin de lire à haute voix certains passages pour comprendre.

Ensuite, Charlie se fait opérer et ses facultés mentales prennent l'ascenseur. Les fautes dans ses comptes-rendus disparaissent petit à petit et la lecture devient plus aisée. Ce procédé d'écriture est percutant par son réalisme ! Pourtant, se mettre dans la peau d'un simple d'esprit n'est pas facile pour un écrivain. La frontière entre réalisme et ridicule est mince. Mais Daniel Keyes relève le défi avec brio. Son Charlie Gordon est sensible et innocent. Il est déficient, certes, mais profondément gentil et dévoué.

L'opération est le point de pivot de l'intrigue. À partir de là, Charlie se développe intellectuellement. L'ascension est fulgurante et ses capacités mentales atteignent des sommets. Il découvre un monde qui lui était jusque-là inconnu. Malheureusement, son évolution relationnelle ne suit pas le même rythme. Il conserve au début une bonne part d'innocence mais il se rend vite compte que son entourage n'a pas forcément toujours été gentil avec lui. Cette chute du haut de son innocence et son abrupt atterrissage dans la réalité m'ont bouleversés. Comment ne pas compatir avec Charlie ? Pire encore, le lecteur se rend compte de la cruauté du monde bien avant le jeune homme. Charlie décrit les faits de manière juste ; il n'arrive simplement pas à les interpréter correctement au début. Puis, peu à peu, il réalise que beaucoup se sont moqués de lui et il prend conscience du regard que les autres portent sur lui.

Malheureusement, les résultats de l'opération du Pr Nemur et du Dr Strauss ne sont pas définitifs. La deuxième moitié du roman raconte la dégringolade mentale de Charlie qui est pleinement conscient de ce qui lui arrive. Je ne vous en dirai pas plus pour ne pas vous spoiler l'intrigue mais je peux dire que c'est la partie dans laquelle le personnage de Charlie m'a le moins plu. Dans la première partie le personnage de Charlie est très attachant ; il est un personnage-coup de ♥ pour moi. Cependant, au sommet de son intelligence, il perd de son humanité et devient quelqu'un de froid et de désagréable. Bien sûr, compte tenu de ce qui lui arrive, c'est normal. Mais j'ai eu plus de peine à m'identifier. C'est là toute la maestria de l'auteur. Le lecteur compatit au sort de Charlie-le simple d'esprit et s'identifie parfaitement au jeune homme. En revanche, Charlie-l'être doté d'une intelligence hors-norme paraît étranger. Il lui manque les clés émotionnelles pour être "parfait". Daniel Keyes souligne que l'intelligence et la capacité à évoluer dans le monde sont indissociable de facultés relationnelles.

Ce roman est tout simplement sublime ! L'auteur développe une histoire qui, bien qu'étant de la science-fiction, parait tout à fait plausible. Il montre l'impact direct d'une avancée scientifique grâce au personnage de Charlie qui est bouleversant de réalisme. J'ai pleuré, j'ai ris, j'ai réfléchi. N'attendez plus ; lisez-le !    


You May Also Like

0 commentaires